Articles

Fin du rallye pour le prix du bois ?

9 juin 2021   |   Par Kadiatou Bah

Alors que les constructeurs paient toujours des prix au comptant record pour le bois d’œuvre, le marché à terme signale que la reprise historique pourrait toucher à sa fin.

Les contrats à terme sur le bois d’œuvre ont fait face à une faiblesse importante au cours du mois dernier bien qu’ils aient connu une augmentation importante pendant la pandémie. Les contrats  à terme sur le bois dont l’échéance est en juillet ont chuté de plus de 5% pour atteindre 1 158 $ par millier de pieds-planche mardi, ce qui représente une baisse de plus de 30 % par rapport au record de 1 711 $ enregistré le 10 mai.

Malgré les baisses récentes, le bois d’œuvre demeure en hausse de plus de 200 % au cours des 12 derniers mois.

La baisse connue en mai suggère une faiblesse du marché, les commerçants affirmant que le rallye précédent était trop élevé, les constructeurs qui ont besoin d’acheter du bois pour des projets d’été paient toujours le gros prix en raison de la forte demande et de l’approvisionnement serré des scieries. 

Les coûts plus élevés et la disponibilité limitée des matériaux de construction ont stoppé certains projets, selon la National Association of Home Builders.

La demande de bois demeure robuste chez les détaillants, y compris Home Depot inc. , qui rapporte de fortes ventes de produits de bois d’œuvre ainsi que dans l’ensemble de ses activités de rénovation domiciliaire.

« Nous le comparons à un environnement de tempête où littéralement dès que vous l’apportez, il se vend », a déclaré le Directeur financier de Home Depot, Richard McPhail, dans une interview. « Nous nous concentrons uniquement sur le fait de rester en stock et d’avoir le niveau de personnel approprié pour servir nos clients. Le marché ira où il va ».

L’indice Composite Fastmarkets Random Lengths US Framing Lumber a grimpé à un record de 1 495 $ par 1 000 pieds en mai. C’est une hausse de 6 % par rapport au début du mois de mai et près de quatre fois le prix d’il y a un an. Un indice pour les panneaux de particules orientées, un produit de remplacement du contreplaqué, a bondi de 3 % par rapport à la semaine précédente pour atteindre 1 426 $ par 1 000 pieds carrés au mois de mai, cinq fois plus qu’il y a un an. 

« Les scieries dans leur dossier de commandes ont vendu la production physique jusqu’à la mi-juin », a déclaré le PDG de Westline Capital Strategies Inc. Greg Kuta, dont la société basée en Ohio est spécialisée dans les stratégies de négoce de bois d’œuvre. « Ils n’ont pas besoin de venir sur le marché libre ici et de prendre des contre-offres sur leur argent physique pendant au moins deux à trois semaines. »

Alors que les contrats à terme ouvrent la voie à la baisse, Kuta ne s’attend pas à ce que le prix au comptant du bois d’œuvre immédiatement disponible suive avant la fin-juin au plus tôt, car la demande des constructeurs reste forte. Les marchés à terme et au comptant convergeront probablement deux à quatre semaines avant l’expiration du contrat de juillet le 15 de ce mois, a-t-il déclaré.

Selon Brian Leonard, analyste pour RCM Alternatives à Chicago, les usines pourraient commencer à baisser les prix au fur et à mesure, bien qu’une telle baisse ne soit pas aussi marquée qu’avec celle des contrats à terme.

« Les contrats à terme sont actuellement entraînés vers le bas par le commerce informatisé et d’autres plates-formes non liées au produit physique, de sorte qu’il pourrait finir par descendre plus bas que le marché réel ne devrait l’être », a-t-il déclaré. « Les usines savent qu’il y a beaucoup plus d’achats qu’il n’en faut. », a-t-il affirmé.

Il s’attend à ce que le marché au comptant tombe en juin, mais les contrats à terme pourraient remonter d’ici août. Leonard a déclaré avoir vu ce schéma se répéter au cours de ses 35 années d’expérience de trading qu’il possède sur ce marché.

« Le marché digère actuellement des niveaux très élevés », a-t-il déclaré. « Je ne sais pas si nous atteindrons un nouveau sommet, mais je pense que nous tenterons à nouveau de le faire. »

Le vétéran de l’industrie du bois d’œuvre, Kyle Little, a déclaré mardi que c’était une décision judicieuse de suspendre le démarrage de projets de construction discrétionnaires en raison des coûts élevés du bois.

En fin mai, Little a déclaré qu’il s’attendait à ce que le cycle actuel du bois, caractérisé par des échanges volatils et des prix élevés, se maintienne dans “un avenir prévisible”. À l’époque, il avait souligné que les prix pourraient descendre de leurs sommets, mais resteront au-dessus des moyennes historiques.

Il a réitéré ce point de vue mardi, affirmant que les prévisions n’ont vraiment pas changé.

« Nous sommes dans le mois numéro 12 de ce que nous pensons être une vague haussière cyclique de 24 à 30 mois », a déclaré Little. « Nous pensons vraiment que la nouvelle moyenne sur trois ans sera beaucoup, beaucoup plus élevée, presque deux fois plus que ce que nous avons vu les 20 années précédentes. »

La forte augmentation des prix du bois a augmenté les coûts des projets et a été citée comme l’un des facteurs expliquant la baisse de la construction de logements signalée en avril.

Little a déclaré qu’un recul du bois d’œuvre était « inévitable », car la hausse des prix a maîtrisé la demande.

« Ces constructeurs et nos clients sont très avertis », a ajouté Little. « Ils instruisent leurs clients : si cela n’a pas besoin d’être fait aujourd’hui, ce serait peut-être le meilleur moment pour prendre une pause et commencer ce projet plus tard au quatrième trimestre ou au premier trimestre de 2022. »