Articles

Hausse record des investissements immobiliers avec le rebond du Canada

16 September 2021   |   Par Kadiatou Bah

Avec l’économie rebondissante du pays, 14 milliards $ de valeur en immobilier commercial ont changé de mains dans une période de trois mois, une augmentation de 29% par rapport au trimestre précédent, selon un rapport lundi du courtage commercial le CBRE Group Inc .

Le Canada a enregistré des investissements records dans les propriétés commerciales au deuxième trimestre, alors que l’atténuation de la pandémie de Covid-19 a poussé les acheteurs et les vendeurs à l’écart

Les investisseurs ont ciblé des immeubles d’habitation et des entrepôts, entraînant une vague de transactions qui a permis au Canada d’enregistrer près de 50 milliards de dollars canadiens d’investissements immobiliers commerciaux cette année. Ce serait un nouveau record annuel, selon le rapport.

“Le capital ne peut pas rester indéfiniment sur la touche, il doit être déployé et mis au travail à un moment donné”, a déclaré Paul Morassutti, Vice-président des activités canadiennes de CBRE, lors d’un entretien téléphonique. “Au cours des deux derniers trimestres, il y a eu un très fort sentiment que nous nous rapprochons au moins d’un certain degré de normalité.”, a-t-il affirmé.

Même si les vaccinations donnent un bon élan à l’économie canadienne, les investisseurs en immobilier commercial ont continué de se tourner vers les propriétés qui ont résisté à la pandémie. Les entrepôts sont devenus populaires en raison du boom du commerce électronique. Les appartements, longtemps considérés comme des actifs fiables, ont connu un essor ces derniers mois, car la flambée des prix des maisons a exclu de nombreux acheteurs potentiels. 

Alors que les immeubles de commerce de détail et de bureaux ont connu un regain d’intérêt au deuxième trimestre, les investissements canadiens dans ces propriétés ont pris du retard par rapport aux autres segments du marché.

“Pour de nombreux investisseurs, il y avait un désir de se retirer des investissements dans les commerces de détail et les bureaux, où il y a de plus grands points d’interrogation sur ces classes d’actifs”, a déclaré Morassutti.

Le rapport CBRE s’est concentré sur les transactions d’immeubles individuels, laissant de côté les fusions où des entreprises entières changent de mains. Même avec ces accords pris en compte, le torrent d’investissements du dernier trimestre était suffisant pour en faire le troisième plus occupé jamais enregistré, selon le rapport de CBRE.