Articles

La Banque du Canada « en difficulté » en matière de logement selon la Banque Nationale

8 septembre 2021   |   Par Kadiatou Bah

L’économiste de la Banque Nationale, Warren Lovely, a déclaré que la Banque du Canada se trouve dans une situation difficile avant sa décision sur la politique monétaire de ce mercredi, étant donné que les marchés immobiliers de tout le pays luttent contre l’abordabilité.

« Dans notre modèle économique canadien, nous comptons beaucoup sur le logement », a déclaré Lovely, Stratège du secteur public à la Banque Nationale, lors d’une entrevue. « En même temps, l’abordabilité échappe à de nombreux Canadiens et peut nécessiter une réponse politique, non seulement de la part des politiciens qui contestent les élections, mais aussi de nos décideurs en matière de politique monétaire », a-t-il expliqué.

Selon Lovely, le problème pour la Banque du Canada est qu’il ne s’agit plus seulement de deux marchés soit Toronto et Vancouver, mais plusieurs marchés sont confrontés à des prix incontrôlables pour les maisons, prix auxquels les décideurs politiques de ce pays s’étaient habitués.

« Nous constatons une érosion de l’abordabilité dans tout le pays », a déclaré Lovely. « Si vous êtes banquier central, c’est un peu un cornichon », a-t-il affirmé.

La banque centrale du Canada livrera ce mercredi sa dernière évaluation économique. Lovely s’attend à ce que le gouverneur Tiff Macklem maintienne les coûts d’emprunt en attente, compte tenu des récents revers économiques, notamment une impression du PIB plus faible que prévu, et aux États-Unis, un ralentissement du marché de l’emploi ainsi que des perturbations de la chaîne d’approvisionnement dans l’industrie automobile.

« Ce n’est pas un endroit facile pour la Banque du Canada », a déclaré Lovely. « Compte tenu du risque et de l’incertitude, une sorte de décision stable est peut-être la plus logique. »

« Il suffit de dire qu’il y a des points d’interrogation quant à la capacité du marché du travail à continuer à générer de bons emplois. », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, Statistique Canada a révélé une contraction économique de 1,1% au deuxième trimestre. Les économistes s’attendaient à une croissance à un taux annualisé de 2,5 %.

Lovely a déclaré qu’il était évident que nous étions dans un environnement déformé et que la reprise continuera d’être agitée avec des périodes difficiles. 

« Nous allons traverser le reste de cette année, jusqu’à l’année prochaine, peut-être même 2023, sans savoir avec certitude où nous mène la trajectoire à long terme du pays », a-t-il déclaré.

« Nous aimerions voir un modèle un peu plus équilibré dans lequel les entreprises investissent, deviennent un peu plus productives, contribuent à l’expansion à long terme, et oui, nous aurons également une croissance démographique, peut-être grâce à l’immigration qui contribue à la croissance. », affirme Lovely. 

Alors que la croissance peut stagner, l’inflation continue de s’accélérer. Lovely n’est pas aussi convaincu que Macklem et son homologue américain, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, que l’inflation des prix à la consommation n’est que temporaire.

« Nous voyons de nombreuses raisons de s’attendre à ce que l’inflation se révèle un peu collante », a déclaré Lovely. « Rester peut-être dans une zone inconfortable pour les banquiers centraux, pas seulement pendant un ou plusieurs mois, mais une période de temps attendue », a-t-il conclu.