Articles

La Banque du Canada « se rapproche » d’une hausse des taux d’intérêt, selon le gouverneur Tiff Macklem

17 November 2021   |   Par Kadiatou Bah

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a déclaré que sa banque centrale « se rapprochait » d’une hausse des taux d’intérêt à mesure que les doutes sur les capacités de l’économie se dissipaient, conformément aux indications prospectives que les responsables ont toujours données.

Bien qu’une relance monétaire substantielle soit encore nécessaire pour que l’économie se redresse complètement, Macklem a déclaré que son équipe restait concentrée sur sa cible d’inflation à un moment où les risques associés aux pressions sur les prix ont augmenté.

« Pour le taux d’intérêt directeur, notre feuille de route a été claire sur le fait que nous n’augmenterons pas les taux d’intérêt tant que le mou économique ne sera pas absorbé », a écrit Macklem dans un article d’opinion publié lundi. « Nous n’en sommes pas encore là, mais nous nous en rapprochons», a-t-il déclaré.

Le libellé de l’article est conforme aux efforts déployés récemment par les décideurs de la Banque du Canada pour rassurer les Canadiens qu’ils sont sérieux au sujet de l’inflation, y compris une décision prise le mois dernier qui a vu les responsables avancer l’échéancier d’éventuelles hausses des taux d’intérêt au début de l’année prochaine.

Les ruptures d’approvisionnement durent plus longtemps

Cette décision politique était plus belliciste que prévu et a pris certains acteurs du marché par surprise, mais Macklem a déclaré que cette décision était conforme aux communications de la banque centrale tout au long de la pandémie.

« En ce qui concerne nos indications prospectives sur le taux d’intérêt directeur, nous avons été clairs dès le départ qu’elles étaient basées sur un résultat », a déclaré le gouverneur.

Macklem a réitéré que la Banque du Canada est toujours d’avis que les récentes pressions inflationnistes vont s’atténuer. Pourtant, Macklem a reconnu qu’il restait à un niveau élevé d’incertitude. « Les perturbations de l’approvisionnement semblent durer plus longtemps que nous le pensions, et les hausses des prix de l’énergie s’ajoutent aux taux d’inflation actuels. », a-t-il reconnu. Il a ajouté que la Banque du Canada ajustera sa politique au besoin, en fonction des pressions inflationnistes.

« Bien que notre analyse continue d’indiquer que ces pressions vont s’atténuer, nous les avons prises en compte pour la dynamique de l’offre et de la demande », a déclaré Macklem. « Ce que notre détermination signifie, c’est que si nous finissons par nous tromper sur la persistance des pressions inflationnistes et sur la quantité de capacités inutilisées qui restent dans l’économie, nous nous ajusterons. », a conclu Macklem.