Articles

Le ralentissement de la reprise économique en forme de V en Chine envoie un avertissement au monde entier

15 juillet 2021   |   Par Kadiatou Bah

Le rebond économique qui a pris une forme en V, en Chine après la pandémie de Covid-19 à commencer à ralentir, envoyant un avertissement au reste du monde sur la durée dans le temps de leurs propres reprises.

L’évolution des perspectives a été soulignée vendredi de la semaine dernière, lorsque la Banque populaire de Chine (BPC) a réduit le montant des liquidités que la plupart des banques doivent détenir en réserve afin de stimuler les prêts. Alors que la BPC a déclaré que cette décision n’était pas une nouvelle impulsion de relance, l’ampleur de la réduction de 50 points de base du ratio de réserve obligatoire de la plupart des banques a eu l’effet d’une surprise.

Les données de jeudi devraient montrer que la croissance a ralenti au deuxième trimestre à 8% par rapport au gain record de 18,3% au premier trimestre, selon un sondage réalisé auprès de plusieurs économistes. Les chiffres clés des ventes au détail, de la production industrielle et des investissements en immobilisations devraient également se modérer.

La décision rapide de la BPC d’abaisser le ratio de réserve des banques est un moyen de s’assurer que la reprise se stabilise à partir d’ici plutôt que de trébucher.

Croissance adoucie

On s’est toujours attendu à ce que l’économie redescende des sommets atteints lors de son rebond initial et que l’effet de base faible de l’année dernière s’estompe. Mais les économistes disent que l’adoucissement est arrivé plus tôt que prévu et pourrait maintenant se répercuter dans le monde entier.

« Il ne fait aucun doute que l’impact d’un ralentissement de la Chine sur l’économie mondiale sera plus important qu’il ne l’était il y a cinq ans », a déclaré Rob Subbaraman, Responsable de la recherche sur les marchés mondiaux chez Nomura Holdings Inc. « Le statut de sortie de Covid-19 pourrait également influencer les attentes du marché selon lesquelles si l’économie chinoise se refroidit maintenant, d’autres suivront bientôt. » affirmait Subbaraman.

Le groupe des 20 ministres des Finances réunis à Venise samedi dernier s’est alarmé des menaces qui pourraient faire dérailler une reprise mondiale fragile, affirmant que de nouvelles variantes du coronavirus et un rythme inégal de vaccination pourraient saper les perspectives d’amélioration de l’économie mondiale. Les médias d’État chinois ont également cité lundi plusieurs analystes affirmant que la croissance intérieure ralentirait au second semestre en raison d’une reprise mondiale incertaine.

Le ralentissement de la reprise en Chine renforce également l’opinion selon laquelle l’ inflation dans les usines a probablement atteint un sommet et les prix des matières premières pourraient se modérer davantage.

« Le ralentissement de la croissance chinoise devrait entraîner des pressions désinflationnistes à court terme à l’échelle mondiale, en particulier sur la demande de métaux industriels et de biens d’équipement », a déclaré Wei Yao, Économiste en chef pour l’Asie-Pacifique à la Société Générale SA.

L’évolution des perspectives reflète le stade avancé de la reprise en Chine alors que la croissance se stabilise, selon Bloomberg Economics.

« En regardant à travers les distorsions des données, la reprise mûrit, elle ne trébuche pas. Les données d’activité et de commerce pour juin établiront probablement un tableau similaire d’une expansion plus lente, mais toujours solide. » toujours selon Bloomberg Economics. 

Au niveau national, le grand casse-tête reste la raison pour laquelle les ventes au détail sont toujours faibles étant donné que le virus reste sous contrôle. Il est probable que les ventes aient à nouveau ralenti en juin, car le sentiment a été pesé par les contrôles visant à contenir les épidémies sporadiques du virus.

Même avec le soutien de la BPC aux petites et moyennes entreprises, il n’y a aucun signe d’un renversement général de l’approche de relance disciplinée adoptée par les autorités depuis le début de la crise.

« La réduction du ratio de réserve des banques visait en partie à « gérer les attentes » avant les données économiques du deuxième trimestre qui devraient arriver cette semaine », a déclaré Bruce Pang, responsable de la recherche macro et stratégique chez China Renaissance Securities Hong Kong.

« Cela offre également plus de marge de manœuvre pour l’avenir, car la dynamique de la reprise économique s’est sûrement ralentie. » a renchérit Pang.