Articles

Les exportations et le logement renforcent l’économie du Canada face aux fermetures

1 juin 2021   |   Par Kadiatou Bah

La reprise économique du Canada s’est probablement accélérée au premier trimestre, avec une reprise du secteur des exportations et un marché de l’habitation en pleine effervescence portant la production totale à son niveau d’avant la pandémie.

Statistique Canada devrait rapporter aujourd’hui, mardi, que le produit intérieur brut a augmenté à un rythme annualisé non négligeable dans les trois premiers mois de l’année. Cette annonce fera suite au gain de 9,6% au quatrième trimestre de 2020 qui ramènera la production à 1,6% de son niveau de fin 2019.

Alors que l’expansion pourrait fortement ralentir au deuxième trimestre au milieu d’une nouvelle vague de blocages, un rapport solide cette semaine ravivera la confiance dans la résilience du pays aux mesures de confinement. Les économistes prévoient que le rythme de croissance reviendra au-dessus de 6% au second semestre 2021.

Rebondir

« La bonne nouvelle est que les restrictions de Covid semblent se relâcher, l’économie peut rebondir assez rapidement », a déclaré par téléphone Royce Mendes, économiste à la Banque Canadienne Impériale de Commerce.

L’une des raisons d’être optimiste est que l’économie s’est redressée avec peu de soutien de la part des consommateurs, qui se sont abstenus de dépenser pendant les mois d’hiver au milieu des restrictions sur les activités. La croissance des dépenses de consommation a probablement été stable au premier trimestre, tout comme à la fin de 2020.

Cela suggère que la demande refoulée pourrait augmenter pour ainsi stimuler une croissance démesurée plus tard dans l’année.

« Le moment le plus intéressant est la période de réouverture », a déclaré par téléphone Beata Caranci, Économiste en chef à la Banque Toronto-Dominion. « À quoi cela ressemble-t-il pour les gens ? » questionnait-elle.

Moteurs de croissance

Les exportations et l’investissement dans l’immobilier ont probablement ouvert la voie au début de 2021, sans oublier les entreprises qui reconstituaient leurs stocks.

La construction de logements neufs et les ventes immobilières ont atteint des records au début de 2021. Les exportations ont enregistré de solides gains, tirées par un fort rebond de la production d’avions et de certaines matières premières. La reconstitution des stocks, quant à elle, a été la principale contribution à la croissance en fin d’année dernière.

L’accélération des efforts de vaccination et le soutien continu du gouvernement s’ajoutent aux vents dans les voiles, après que la ministre des Finances Chrystia Freeland a annoncé une nouvelle vague de dépenses en avril.

Le potentiel d’un rebond marqué et d’une reprise complète plus rapide que prévu incite déjà la Banque du Canada à commencer à réduire ses mesures de relance et à mettre en garde contre une hausse des taux d’intérêt . Les économistes s’attendent à une croissance saine de 6,2% pour l’ensemble de 2021, légèrement derrière une reprise américaine projetée à 6,5%. Certes, il sera agité et le deuxième trimestre pourrait être très faible.

En avril, des provinces comme l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique ont fermé certaines parties de leur économie pour freiner l’activité à cause de la pandémie. La troisième vague de fermetures a déjà entraîné de nouvelles pertes d’emplois , l’emploi ayant chuté de 207 100 au cours du mois. Les ventes au détail, quant à elles, ont baissé de 5,1%. Cette faiblesse économique devrait se prolonger en mai.

En plus des données du premier trimestre, Statistique Canada publiera une première lecture de l’activité en avril, qui sera probablement négative.

« Le PIB d’avril ressemble à un gros tas », a déclaré Doug Porter, Économiste en chef à la Banque de Montréal. « Chaque numéro que nous avons pour avril est précédé d’un panneau rouge  » affirma-t-il.

Mais cela pourrait changer rapidement. Environ la moitié des Canadiens ont maintenant reçu une première injection d’un vaccin et les infections ont diminué dans la majeure partie du pays, ce qui laisse présager davantage de réouvertures dans les industries à fort contact. Le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau a signalé un taux de vaccination de 75 % comme marqueur potentiel de restrictions plus souples, y compris à la frontière canadienne .

« L’économie canadienne devrait afficher des rebonds impressionnants de l’emploi et du commerce de détail au cours des prochaines semaines », a déclaré Porter dans un rapport publié vendredi dernier.

Les exportations et le logement renforcent l’économie du Canada face aux fermetures

La reprise économique du Canada s’est probablement accélérée au premier trimestre, avec une reprise du secteur des exportations et un marché de l’habitation en pleine effervescence portant la production totale à son niveau d’avant la pandémie.

Statistique Canada devrait rapporter aujourd’hui, mardi, que le produit intérieur brut a augmenté à un rythme annualisé non négligeable dans les trois premiers mois de l’année. Cette annonce fera suite au gain de 9,6% au quatrième trimestre de 2020 qui ramènera la production à 1,6% de son niveau de fin 2019.

Alors que l’expansion pourrait fortement ralentir au deuxième trimestre au milieu d’une nouvelle vague de blocages, un rapport solide cette semaine ravivera la confiance dans la résilience du pays aux mesures de confinement. Les économistes prévoient que le rythme de croissance reviendra au-dessus de 6% au second semestre 2021.

Rebondir

« La bonne nouvelle est que les restrictions de Covid semblent se relâcher, l’économie peut rebondir assez rapidement », a déclaré par téléphone Royce Mendes, économiste à la Banque Canadienne Impériale de Commerce.

L’une des raisons d’être optimiste est que l’économie s’est redressée avec peu de soutien de la part des consommateurs, qui se sont abstenus de dépenser pendant les mois d’hiver au milieu des restrictions sur les activités. La croissance des dépenses de consommation a probablement été stable au premier trimestre, tout comme à la fin de 2020.

Cela suggère que la demande refoulée pourrait augmenter pour ainsi stimuler une croissance démesurée plus tard dans l’année.

« Le moment le plus intéressant est la période de réouverture », a déclaré par téléphone Beata Caranci, Économiste en chef à la Banque Toronto-Dominion. « À quoi cela ressemble-t-il pour les gens ? » questionnait-elle.

Moteurs de croissance

Les exportations et l’investissement dans l’immobilier ont probablement ouvert la voie au début de 2021, sans oublier les entreprises qui reconstituaient leurs stocks.

La construction de logements neufs et les ventes immobilières ont atteint des records au début de 2021. Les exportations ont enregistré de solides gains, tirées par un fort rebond de la production d’avions et de certaines matières premières. La reconstitution des stocks, quant à elle, a été la principale contribution à la croissance en fin d’année dernière.

L’accélération des efforts de vaccination et le soutien continu du gouvernement s’ajoutent aux vents dans les voiles, après que la ministre des Finances Chrystia Freeland a annoncé une nouvelle vague de dépenses en avril.

Le potentiel d’un rebond marqué et d’une reprise complète plus rapide que prévu incite déjà la Banque du Canada à commencer à réduire ses mesures de relance et à mettre en garde contre une hausse des taux d’intérêt . Les économistes s’attendent à une croissance saine de 6,2% pour l’ensemble de 2021, légèrement derrière une reprise américaine projetée à 6,5%. Certes, il sera agité et le deuxième trimestre pourrait être très faible.

En avril, des provinces comme l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique ont fermé certaines parties de leur économie pour freiner l’activité à cause de la pandémie. La troisième vague de fermetures a déjà entraîné de nouvelles pertes d’emplois , l’emploi ayant chuté de 207 100 au cours du mois. Les ventes au détail, quant à elles, ont baissé de 5,1%. Cette faiblesse économique devrait se prolonger en mai.

En plus des données du premier trimestre, Statistique Canada publiera une première lecture de l’activité en avril, qui sera probablement négative.

« Le PIB d’avril ressemble à un gros tas », a déclaré Doug Porter, Économiste en chef à la Banque de Montréal. « Chaque numéro que nous avons pour avril est précédé d’un panneau rouge  » affirma-t-il.

Mais cela pourrait changer rapidement. Environ la moitié des Canadiens ont maintenant reçu une première injection d’un vaccin et les infections ont diminué dans la majeure partie du pays, ce qui laisse présager davantage de réouvertures dans les industries à fort contact. Le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau a signalé un taux de vaccination de 75 % comme marqueur potentiel de restrictions plus souples, y compris à la frontière canadienne .

« L’économie canadienne devrait afficher des rebonds impressionnants de l’emploi et du commerce de détail au cours des prochaines semaines », a déclaré Porter dans un rapport publié vendredi dernier.