Articles

Les loyers augmentent dans toutes les grandes villes américaines

10 septembre 2021   |   Par Kadiatou Bah

Les loyers des appartements ont augmenté en août par rapport à ce qu’ils étaient l’année précédente dans toutes les 30 principales régions métropolitaines des États-Unis. C’est une première depuis le début de la pandémie, selon un nouveau rapport de Yardi.

Le loyer moyen national américain des immeubles de type multilogement a augmenté de 10,3% par rapport à l’année précédente pour atteindre 1 539 $. Cela représente la première augmentation à deux chiffres de l’histoire de l’ensemble de données observées. Cette augmentation vient après une augmentation de 25 $ en août, a annoncé la société immobilière. Au cours des 10 dernières années, le rythme moyen de croissance a été de 2 %.

Surtension ininterrompue

La flambée des coûts du logement de cette année a ajouté une nouvelle dimension au débat sur la durée de l’inflation liée à la pandémie, avec des signes qu’elle s’accélère à un moment où d’autres flambées de prix provoquées par la pandémie de Covid comme celle des voitures d’occasion peuvent être en tête.

Plus tôt dans la crise, le début du travail à domicile a entraîné des vols en provenance de grandes villes comme New York et San Francisco, faisant baisser les coûts. Les loyers dans ces deux régions métropolitaines restent inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie, même s’ils augmentent à nouveau sur une base annuelle. La propagation du variant delta de Covid-19, repoussant les dates de retour au bureau dans certaines entreprises, ne peut être qu’un frein.

Retour plus lent

« Les gens retournent dans ces villes, mais pas aux niveaux prédits il y a quelques mois, en partie à cause de la poursuite du travail à distance », a déclaré Yardi dans ledit rapport. L’entreprise suit les loyers et les niveaux d’occupation sur 140 marchés. 

Les maisons unifamiliales construites en location ont connu des augmentations encore plus importantes, avec des prix en hausse de 13,9 % par rapport à l’année précédente. Ces gains ont déclenché un regain d’intérêt parmi les investisseurs institutionnels pour le logement en tant que classe d’actifs. Yardi a déclaré que cela devrait continuer, car « à mesure que les Milléniaux atteignent l’âge d’acheter une maison, le prix des maisons unifamiliales continuera d’être hors de portée pour beaucoup ».

Des villes comme Phoenix, Tampa et Las Vegas voient les loyers augmenter d’environ 20 % par rapport à l’année précédente. 

Pourtant, Yardi a averti que les chiffres annuels en août sont gonflés par la comparaison avec l’été dernier, qui est peu représentatif, car de nombreuses villes étaient en difficulté. La firme a également déclaré que dans certaines villes comme San Francisco, une augmentation de l’offre de nouveaux logements pourrait freiner le rebond des loyers. 

Vivre dans un garage à Montréal pour 505$ par mois

La hausse des loyers n’est pas un problème juste aux États-Unis. Comme nous en avons souvent parlé dans des articles précédents, le Canada, le Québec et Montréal sont aussi pris dans cette tourmente. 

Comme illustré dans le TVA Nouvelles de 18h ce jeudi, des photos de garages convertis en studio à louer au prix de 505$ par mois illustrent clairement le caractère préoccupant de la crise du logement à Montréal.

« Il manque d’unités de logements et dans toutes les gammes de prix. C’est vrai pour le logement social, le logement abordable, pour tous les logements. Il faut construire plus de logements », a déclaré Jean Marc Fournier, Président-Directeur général de l’Institut de développement urbain du Québec lors d’une entrevue où il expliquait le besoin de ramener les familles dans les centres urbains.

À l’entrée du Centre-ville de Montréal, l’ancienne brasserie de Molson et les terrains de Cavalia pour ne citer que ceux-là vont être développés dans les prochaines années respectivement par les promoteurs immobiliers Sélection et Prével pour offrir notamment de nouveaux logements.

Le problème dénoncé est que la Ville de Montréal veut adopter une réglementation qui viendrait restreindre les superficies de plancher à 750 mètres carrés pour les nouvelles unités à construire dans ce secteur. Le vote est prévu pour mardi prochain.

Fournier affirmait que cette nouvelle réglementation ne viendrait pas en aide à la situation actuelle où augmenter l’offre de logements pour réduire les coûts des loyers ou des logements est un véritable cheval de bataille. « Des règlements pour limiter l’offre ça vient nuire à la situation », a-t-il plaidé.