Articles

La Banque du Canada voit l’incertitude du marché du travail obscurcir la trajectoire des taux

18 November 2021   |   Par Kadiatou Bah

Le sous-gouverneur Lawrence Schembri a déclaré que les décideurs de la Banque du Canada s’efforçaient à ramener l’économie à pleine capacité avec un emploi à son niveau maximal durable. Mais mesurer le niveau du plein emploi est devenu plus difficile en raison des changements structurels et des effets inégaux de la pandémie sur le marché du travail.

« Notre évaluation des conditions du marché du travail et de la capacité sous-jacente ainsi que des pressions inflationnistes est maintenant plus difficile », a déclaré Schembri dans une allocution à l’Association canadienne d’économie d’entreprise (CABE) mardi de cette semaine. « Par conséquent, il existe plus d’incertitude quant au moment où l’écart de production se réduira et où l’inflation reviendra durablement à notre cible de 2 %. » a-t-il déclaré.

Le dollar canadien a peu varié après le discours de Schembri, se négociant en baisse de 0,3 % à 1,2557 $ CA par dollar américain à 13 h 53.m à Toronto. Les rendements des obligations canadiennes à deux ans ont augmenté de 3 points de base mardi, par rapport à la clôture de lundi à 1,04 %.

Le discours rappelle aux marchés que la voie de la normalisation reste fondamentalement inconnue, en fonction de la trajectoire économique et de la santé du marché du travail. Le gouverneur Tiff Macklem a donné un avis similaire aux investisseurs mondiaux dans un article d’opinion publié lundi pour le Financial Times, dans lequel il a souligné que si le moment de la prochaine hausse des taux est se rapproche, elle dépendra des résultats économiques.

Dans l’ensemble, les commentaires de Schembri et Macklem représentent un effort de la part des responsables de la Banque du Canada pour souligner à nouveau les éléments essentiels de leur orientation prospective actuelle, qui consiste à ne pas augmenter les taux d’intérêt avant que la capacité ne soit entièrement absorbée. Lors d’une décision politique le mois dernier, la banque centrale basée à Ottawa mis de l’avant le moment où cela devrait se produire entre avril et septembre de l’année à venir. Auparavant, la banque s’attendait à ce que l’écart de production se comble au plus tôt en juillet 2022.

La position était plus belliciste que prévu et a pris certains acteurs du marché par surprise. Les investisseurs ont réagi en faisant des paris sur une hausse plus agressive des taux, les marchés prévoyant actuellement que la Banque du Canada relèvera son taux directeur de référence au jour le jour à 1,5 % au cours des 12 prochains mois, contre 0,25 % actuellement dans le système.

Schembri a averti mardi que les projections de la banque centrale pourraient changer et que les mesures politiques dépendraient des résultats.

« Il y a beaucoup d’incertitudes sur le moment de la réduction de l’écart de production », a déclaré Schembri, en réponse à une question du public. « Il faut faire attention à ne pas supposer que ce sera nécessairement au deuxième trimestre de 2022. »

Schembri a cherché à clarifier la façon dont la banque centrale envisage la pleine capacité dans son discours, notamment en soulignant l’incertitude croissante entourant sa mesure.

Les preuves suggèrent que le marché du travail s’est bien redressé « mais une capacité excédentaire considérable demeure », a-t-il déclaré, ajoutant que les taux de chômage et de sous-emploi restaient élevés pour certains groupes. Il a également déclaré que la banque centrale croyait toujours que la récente hausse de l’inflation était transitoire.

Le Canada a communiqué mercredi les données sur l’inflation pour octobre. L’inflation annuelle a atteint 4,7% le mois dernier, ce qui correspond au niveau le plus élevé depuis 2003.

M. Schembri a décrit les efforts déployés par la Banque du Canada pour examiner un large éventail d’indicateurs du marché du travail afin d’évaluer la reprise, y compris la répartition des conditions selon l’âge, le sexe et l’éducation. « La recherche a révélé que les conditions du marché du travail se sont améliorées, mais les zones de faiblesse continuent d’être présentes », a-t-il déclaré.