Articles

Le Canada crée 157 000 emplois, récupérant toutes les pertes liées à la pandémie

8 October 2021   |   Par Kadiatou Bah

L’économie du pays a créé 157 100 emplois en septembre, ramenant le marché du travail aux niveaux d’avant la pandémie, a annoncé vendredi Statistique Canada à Ottawa. Cela se compare aux attentes des économistes de 60 000 nouveaux emplois, selon l’estimation médiane des médias.

Le taux de chômage est tombé à 6,9 % contre 7,1 % en août. Les heures travaillées ont augmenté de 1,1% sur un mois, mais restent 1,5% en dessous de leur niveau d’avant la pandémie. 

Le dollar canadien a grimpé en flèche, atteignant 1,2494 $ CA pour un dollar américain à 9 h 25 à Toronto. C’est le plus haut niveau observé depuis le 5 août.

Les obligations se sont vendues, avec le rendement de référence à deux ans à 0,651 %, le plus haut niveau depuis mars 2020.

Les chiffres robustes sont un signe bienvenu pour l’économie du pays. Ils suggèrent que les entreprises sont disposées et capables d’embaucher des travailleurs à mesure que les restrictions liées au virus se relâchent et que les taux de vaccination élevés renforcent l’optimisme des consommateurs et des entreprises. 

Implications du QE

La reprise des emplois renforce également les prévisions des responsables de la Banque du Canada selon lesquelles l’économie affichera une bonne amélioration après s’être contractée plus tôt cette année lors d’une troisième vague de Covid qu’on a connu et de restrictions commerciales. 

Le rapport solide renforce également l’attente que la banque centrale réduira ses achats hebdomadaires d’obligations du gouvernement canadien à 1 milliard de dollars canadiens plus tard ce mois-ci par rapport au rythme actuel de 2 milliards de dollars canadiens, mettant ainsi un terme à l’expansion de son bilan. 

Vendredi également, les États-Unis ont affiché des chiffres d’emplois plus faibles que prévu, l’emploi augmentant de 194 000, soit moins de la moitié de ce que les économistes avaient prévu. Cela complique une décision potentielle de la Réserve fédérale de commencer à réduire son soutien monétaire avant la fin de l’année en cours.

Les gains d’emplois au Canada ont été entièrement attribuables aux travailleurs à temps plein, tandis que l’emploi à temps partiel a légèrement diminué. Les augmentations ont été menées par les secteurs de l’administration publique, de la culture de l’information et des loisirs. Environ 139 000 personnes sont entrées sur le marché du travail en septembre, portant le taux d’activité à 65,5%, également le plus élevé depuis avant la pandémie.

« Je pense que cela renforce l’opinion que la seconde moitié de cette année, alimentée par la réouverture économique qui continue de se produire et la levée de certaines restrictions, à l’exception de l’Alberta, sera quelque peu forte », a écrit Dominique Lapointe, Économiste à la Banque Laurentienne. « C’est suffisant, selon la Banque du Canada, pour réduire encore 1 milliard de dollars par semaine en octobre et entrer dans la phase de réinvestissement de son programme d’assouplissement quantitatif », pouvait-on lire.